Comment DEVENIR DIGITAL NOMADE

Comment DEVENIR DIGITAL NOMADE

C’est quoi être digital nomade ? Rencontre avec un couple de freelance qui voyage en van à travers l’Europe

voyage en van et être digital nomade
THE WANDERING FREELANCERS

On entend beaucoup parler de ces nouveaux travailleurs, libres et indépendants.

Il nous font rêver sur les réseaux sociaux, avec leurs photos toutes plus belles les unes que les autres et surtout ils ne sont jamais au même endroit.

CLIQUE ICI si tu souhaites en savoir plus sur COMMENT TRAVAILLER EN VOYAGEANT

Alors c’est quoi concrètement être digital nomade ? On peut facilement comprendre le concept, en disséquant l’expression. Mais nous, ce qui nous intéresse, c’est de connaître la réalité de ce mode de vie, qui tend à se normaliser dans notre société.

Pour se faire, on a demandé directement à deux d’entre eux : The Wandering Freelancers, de nous expliquer tout ça.

Ben, Mélanie et Charlie, leur maine coon, en vadrouille avec eux, répondent à nos questions, en toute transparence.

Ils nous parlent de leur lifestyle, ce qui les a poussés à faire le choix d’être digital nomade, leurs rêves, leur quotidien mais aussi les galères qui découlent de ce mode de vie.

La parole est à eux, on espère que tout sera plus clair pour toi, grainedevagabond, après la lecture de cette interview, très instructive, sur ce qu’est d’être digital nomade en couple.

  1. C’est qui les Wandering Freelancers ?
  2. C’est quoi être digital nomade ?
  3. Comment sont-ils devenu digital nomade ?
  4. Quels métiers ils font et de quoi ils ont besoin pour travailler
  5. Comment exercent-ils en tant que nomade
  6. Quelle est la forme légale de leurs emplois
  7. Peut-on être nomade en famille ?
  8. Qu’est-ce qui les a décider à devenir digital nomade 
  9. Être nomade digital en couple
  10. Leurs conseils pour devenir digital nomade
  11. Avantages de ce mode de vie
  12. Inconvénients de ce mode de vie 
  13. Leurs projets

 

Hello la team ! Alors on est les Wandering Freelancers sur les réseaux, et en vrai nous sommes un couple, Mélanie et Benjamin et on habite à Bordeaux.

Thewanderingfreelancers image

Mel : Moi c’est Mélanie, 28 ans dans un mois, j’ai grandi à Lille, fait un Erasmus d’un an à Séville, et puis j’ai terminé mes études sur Paris, où j’ai décroché un Master en Communication visuelle et également en Cinéma.

Après avoir fait quelques stages en agences de production audiovisuelle à Paris, on a décidé avec Ben de déménager à Bordeaux, la ville où il a fait ses études.

On était à la recherche d’un style de vie plus calme, avec plus d’espace, de verdure. On voulait prendre le temps de vivre.

Sinon pour répondre à ta question, j’ai un tempérament plutôt calme, je ne me fais pas trop remarquer en général, sauf quand je suis avec mes amis, où là, je n’ai généralement plus aucun filtre ^^

Pour résumer, en famille et entre amis je suis plutôt boute-en-train, alors que seule ou dans de grands groupes, je suis plutôt discrète et observatrice.

Thewanderingfreelancers image

Ben : Moi c’est Ben, déjà 28 ans au compteur ! Pour ma part, je suis un pur Landais, j’ai grandi à Hossegor, et puis j’ai fait une école de commerce à Bordeaux.

Après un Erasmus à Séville également, j’ai terminé mon cursus par un Master de communication digitale à Paris.

J’ai travaillé là -bas durant 3 ans dans une agence digitale, pour ensuite revenir aux sources (le sud ! ) et me rapprocher de la famille.

Autrement je suis un passionné de cuisine, j’ai même eu ma petite entreprise de traiteur à domicile pendant mes études, et je suis également fan de snowboard et de sport de glisse en général.

Pour le tempérament, je suis plutôt sociable, mais je ne me livre pas facilement.

Mel : Et en début d’année on a donc décidé de partir à l’aventure sur les routes d’Europe et de voyager en van (Ernest) et notre gros chat (Charlie). Au total, on voyagera un an à travers une quinzaine de pays d’Europe.

Et puis en rentrant, on ne compte pas s’arrêter là … (suspeeeens ^^)

Être un digital nomade, c’est travailler depuis son ordinateur depuis n’importe où pour gagner sa vie.

C’est une tendance de plus en plus répandue, et beaucoup de gens semblent vouloir se rapprocher de ce mode de vie.

Ben : Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain, c’est sûr. On a commencé par monter notre société de communication digitale peu de temps après qu’on soit arrivés sur Bordeaux.

Mel était déjà freelance mais pas à temps complet, et moi je venais de quitter ma société, on en a donc profité pour associer nos compétences.

Suite à cela on s’est construit un panel de clients, et on s’est professionnalisé petit à petit.

Et un jour on s’est dit qu’il fallait absolument profiter de ce statut de « freelance », de la liberté de mouvement qu’il offrait, sinon on allait le regretter.

Parce que mine de rien, le statut de free-lance t’apporte pas mal d’inconvénients au quotidien (risque d’isolement, problème de gestion du temps, de gestion personnelle, pas de sécurité financière, gestion administrative important, démarchage perpétuel épuisant… et j’en passe)

Alors si tu ne profites pas du principal avantage qu’il t’offre, à quoi ça sert finalement ? Et ce principal avantage, c’est bien sûr la mobilité !

On a alors décidé ensemble de devenir nomades, et de travailler depuis n’importe quelles villes en Europe, afin de découvrir le monde tout en bossant depuis nos ordis.

Et c’est ainsi qu’on est devenus… des digital nomads.

voyager en van
@Thewanderingfreelancers image

Ben : Moi je suis dans le Webmarketing, spécialiste SEO (référencement naturel) et SEA (référencement payant).

Je m’occupe également de la mise en place de site web pour certains de nos projets même si l’acquisition de trafic reste mon sujet principal.

Mel : Et moi je suis chargée de toute la partie visuelle, je suis directrice artistique, webdesigner, graphiste … Je m’occupe de tout ce qui touche à l’image !

Ensemble on crée des sites internet pour nos clients, mais pas seulement : on les accompagne dans toutes les phases de leur communication digitale. (Réseaux sociaux, Référencement, Stratégie digitale…).

On adore mener les projets de A à Z, grâce à nos compétences complémentaires on peut vraiment leurs apporter une aide globale et un point de vue 360, et c’est super de pouvoir aider les entrepreneurs à se lancer sur le web, c’est vraiment stimulant au quotidien.

Ben : On travaille environ 3 ou 4 jours complet/semaine, parfois plus, parfois moins, tout dépend du volume de projets que l’on a acceptés.

En ce moment on en accepte moins, car on veut profiter à fond de notre voyage, il y a trop à découvrir pour passer à côté de tout ça.

Donc ça fait moins de sous, mais plus de temps pour nous.

Mel : Alors non, exercer en temps qu’expatriés ne nous a posés aucun problème. On a nos clients par téléphone ou par Skype et tout se passe très bien.

Déjà lorsque l’on était à Bordeaux, on avait très peu le besoin de rencontrer nos clients physiquement, alors ça n’a pas vraiment changé.

Et pour ce qui est du démarchage (on en a plus besoin, car le bouche-à-oreille est suffisant), on utilise la plateforme de free-lance Malt.fr, qui est très bien faite et qui nous a amené beaucoup de prospects. Elle est idéale pour se lancer.

Mel : On est maintenant en SARL pour des raisons un peu techniques.

Mais le statut de micro-entrepreneur (auto entreprise) est super avantageux et vraiment très libre, on était très bien avec et si on avait pu on l’aurait gardé !

Car les charges ne sont pas les mêmes (20% contre maintenant 50%). Donc c’est celui qu’on conseillerait aux free-lances qui veulent se lancer.

voyager en van et être libre
Thewanderingfreelancers image

Mel : Toute sa vie je ne sais pas. À n’importe quel moment de sa vie, là je dis oui, un grand OUI, franc et massif !

Devenir digital nomade
Thewanderingfreelancers image

Que l’on soit avec ou sans enfants, avec ou sans conjoint, en CDI ou en free-lance, locataire ou propriétaire : la vie de nomade est accessible à tous. Elle demande de l’organisation (du moins au départ), mais elle n’est jamais, jamais impossible.

On trouve des solutions, on s’adapte, on compose.  Les barrières qui se dressent face à vous, c’est celles que vous vous imposez à vous même !

Il n’y a pas de bon moment, et il n’y en aura sûrement jamais, alors il faut juste foncer !

voyager avec un chat
Thewanderingfreelancers image

Ben : Pour notre part on est parti dans de très mauvaises conditions, et en plus, voyager avec un chat, qui n’est jamais sorti de la maison nous paraissait un peu lunaire, mais comme le dit Mel, on ne voulait pas se mettre de barrières inutilement.

L’essentiel était de partir, de tenter l’aventure et on savait qu’on trouverait des solutions au fur et à mesure.

Et maintenant on a bien trouvé notre rythme, on est à l’aise dans notre mode de vie et on profite de la liberté qu’il nous offre.

Mel : Pour moi voyager et découvrir a toujours été un besoin, depuis très jeune.

On en avait souvent parlé avec Benji, mais on ne voyait pas de moment idéal pour partir en vadrouille sur le long terme.

Alors un jour on a juste décidé de se fixer sur un projet, une date, et de ne plus reculer.

Ben : Et puis comme je l’ai dit un peu plus haut, on voulait profiter de ce statut à fond, et l’aborder du meilleur côté possible, pour ne rien regretter.

On a donc pensé à un moyen d’arriver à nos fins, et c’est ainsi que le projet de partir sur les routes d’Europe est né.

> VOIR notre article sur COMMENT VOYAGER EN EUROPE 

Mel : Je pense qu’être deux peut donner des ailes, en effet, mais ce n’est pas indispensable.

Tout dépend du tempérament de la personne après, mais on voit beaucoup de voyageurs qui font ce genre de projets seuls et ils ne s’en portent pas plus mal !

Personnellement je ne peux que vous parler de l’expérience à deux comme c’est ce que je connais, et donc oui, dans notre cas, être tous les deux ça nous a beaucoup aidé. On s’est soutenus, motivés, entraidés.

Et c’est encore le cas au quotidien, quand on a des coups de mous, quand la famille où les amis nous manquent, quand le rythme un peu soutenu nous pèse.

C’est vraiment un grand réconfort d’avoir un pilier et un repère dans cette vie qui change constamment de décor.

Ben : Et puis on se challenge aussi constamment. On vise toujours plus haut, plus grand. On fait de nouveaux projets farfelus, on rêve, on fait des plans sur la comète…

Et c’est toujours mieux de rêver à deux.

Ben : De se spécialiser dans un domaine bien précis, et de devenir expert. Être très généraliste n’inspire pas spécialement confiance, et vous risquez d’être noyé dans la masse.

Ensuite, bien entendu, il faut monter en compétences, se former perpétuellement et accepter des choses qu’on ne sait parfois pas faire.

Parce que une fois qu’on se retrouve face à ses choses qui nous sont inconnues, on doit se former pour répondre à la demande du client, donc on trouve le moyen de savoir comment faire, et on fini par monter en compétences comme cela.

Ça nous challenge, et ça nous pousse à apprendre toujours plus, à repousser nos limites.

Attention, je ne dis pas d’accepter de construire une piscine si vous être garagiste hein, mais vous voyez l’idée, il faut bien sûr rester dans le même champ de compétences ^^

devenir nomade gigital et être libre
Thewanderingfreelancers image

 

Mel : Comme on l’a dit plus haut, pour trouver les premiers clients, il faut passer par des plateformes de free-lances.

Se faire un beau profil, très étayé et très complet sur ces plateformes, avec beaucoup d’avis certifiés (ça inspire bien sûr plus confiance).

Et ne négligez pas vos profils linkedin, viadéo, ainsi que votre potentiel portfolio ou site internet !

Votre communication digitale, en quelque sorte.

Sur facebook, il existe aussi des groupes d’entraide en fonction des professions (Le journal du community manager etc…) qui sont des sources très précieuses quand on veut se lancer.

Vous trouverez là pas mal de gens prêts à vous aider ou à répondre à vos questions techniques.

Sinon un livre très motivant, qui nous a beaucoup inspirés à l’époque : “La semaine de 4 heures” de Timothy Ferris.

Ben : Pour finir, ne vous isolez pas ! Réseauter au maximum, participer aux apéros de free-lances, solliciter la communauté sur des forums ou sur facebook.

Rome ne s’est pas fait en un jour à ce qu’il paraît … Et bien c’est pareil ici ! Une pierre à l’édifice chaque jour, pour vous construire un cocon professionnel solide et stable (bon réseau, bonne organisation, bons clients, revenus stables…)

Mel : De se réveiller dans un endroit différent chaque jour, ou chaque semaine.

Ne jamais s’ennuyer, de toujours avoir des choses à découvrir, de voir des modes de vie et des cultures différentes des nôtres.

De partager le quotidien des habitants d’une ville, de prendre les transports avec eux, de fréquenter leurs cafés pour bosser.

De pouvoir s’imprégner de tant de bonnes et différentes vibes d’un endroit à l’autre.

Un jour du calme, de la splendeur et de la sérénité de la montagne en Autriche. L’autre, de la joie de vivre, du tumulte et du bruit de Budapest.

devenir digital nomade
Thewanderingfreelancers image

Cette liberté d’être heureux tout le temps, de ne pas devoir attendre le week end où les vacances pour pouvoir être heureux et soi-même.

Ben : On aime aussi les horizons que ça nous ouvre au quotidien, le champ des possibles devient infini quand on ressent une telle liberté et qu’on voyage en van.

Plus rien n’est impossible, les murs tombent, et la peur, et bah elle n’existe plus (ou presque)

Mel : Le manque de stabilité peut être déroutant pour certains. Ce n’est pas un mode de vie qui convient à tous.

Les emménagements et déménagements perpétuels, le rythme parfois soutenu boulot/découverte, le manque des amis et de la famille.

L’isolement aussi, parfois apaisant et d’autres fois carrément flippant.

Ben : Les déplacements de notre chat, Charlie, nous stressent aussi pas mal.

On ne veut pas qu’il se sente mal, on fait tout pour que tout se passe pour le mieux et on se met parfois la pression pour lui, parce qu’on l’aime vraiment beaucoup, notre boule de poil.

Mel : Alors déjà, on va finir notre tour d’Europe, il nous reste encore trois mois et trois pays à découvrir (La République tchèque, La Pologne et sûrement L’Allemagne) et puis ensuite on rentre auprès de nos proches…

En tout cas cette vie de digital nomade nous comble pour l’instant, on a trouvé un super équilibre et une vraie passion commune qui nous anime, et on compte garder ce mode de vie encore un bon moment…

Tant qu’il nous rend tous heureux tous les deux !

Ben : Pour mieux repartir, parce qu’on ne l’a pas encore officiellement annoncé, mais on compte faire un road trip en 4×4/tente 3 mois aux États unis

À partir du mois d’avril ! Donc ça nous fait encore beaucoup de choses à organiser, finalement.

Sinon d’un point de vue pro, on souhaite développer notre blog et nos réseaux un peu plus sérieusement, en espérant pourquoi pas, pouvoir en vivre un de ces jours, qui sait ?

Vous venez de lire un témoignage de freelance, qui voyage en van. Ben et Mel sont des digital nomads, en couple et avec un chat, Charlie.

Il y a beaucoup d’autres façon d’avoir un mode de vie nomade. Ceci est un exemple, qui peut apporter certaines réponses à des questions existentielles que l’on peut se poser quand on réfléchit à devenir nomade digital.

Pour aller plus loin dans cette réflexion, beaucoup d’autres blogs, comme celui de Caroline avec Devenir Nomade Digital, témoigne et explique comment être nomade digital en ayant une famille par exemple.

Ce mode de vie est aussi le nôtre, on vous fera un retour d’expérience si ça vous intéresse.

>> Pour nous connaître, rendez-vous sur notre PAGE A PROPOS

En attendant, si tu as des commentaires sur cette interview, des questions et des points toujours obscurs dans ta tête, poses nous tes questions en commentaire juste sous l’article, on ouvre le débat avec d’autres nomades digitaux .

 

Bon vent les vagabonds !

graine de vagabonds couple heureux

Lucie&Johann-Grainedevagabonds-

 

 

Ça vous a plu, partager l'article
  •  
  • 67
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    67
    Partages

8 Replies to “Comment DEVENIR DIGITAL NOMADE”

  1. Génial ! Mon mari et moi rentrons de notre premier tour du monde avec l’envie de décorréler nos revenus de notre temps de travail pour pouvoir repartir quand on veut. On s’est donc lancés tous les deux dans le blogging en espérant générer des revenus dans quelques temps, et on commence à investir dans l’immobilier. Ce témoignage me motive encore plus à atteindre nos objectifs. Ça rappelle beaucoup de bons souvenirs ! Merci beaucoup !

    1. Lucie&Johann -Grainedevagabonds- dit :

      Merci pour ton commentaire Violaine. Wahouuu génial, quels pays vous avez fait et combien de temps vous êtes partis ? C’est très interessant… L’immobilier reste une valeur sure et incontournable pour générer des revenus passifs. Faut-il avoir la situation qui permet de pouvoir faire un crédit… D’ailleurs c’est un sujet interessant à traiter : comment devenir propriétaire quand on est un indépendant et/ou digital nomade

  2. Oui, oui, on veut un retour d’expérience !

    On se demandais justement comment on allait faire avec notre chat. On va peut-être bien l’emmener avec nous finalement 😉

    Merci beaucoup pour la mention en fin d’article <3

    1. Lucie&Johann -Grainedevagabonds- dit :

      Hey Caroline, lol merci pour ton commentaire motivé, ça fait plaisir ! Alors là tu as un retour d’expérience justement avec un chat … Ça donne envie, je sais pas si on peut faire pareil avec ioda, avec un chien c’est un peu différent, à part si tu fais tout par le sol .. Dés que tu prends l’avion, forcément …. on attend avec impatience le vôtre de retour d’expérience

  3. Coucou! Un grand merci pour cette interview ! j´y ai découvert de nombreuses informations très utiles et ai pu avoir la réponse à plusieurs des questions que je me posais sur le sujet. L´article est facile à lire et très bien rédigé et organisé. Un vrai bonheur à lire. Merci pour votre travail.

    1. Lucie&Johann -Grainedevagabonds- dit :

      Merci Sabrina pour ton commentaire… On est absolument ravie que ce qui se trouve dans l’interview, répond vraiment à des interogations… C’est très important pour nous.Merci beaucoup pour ta bienveillance et ton très gentil retour

  4. Amandine Robert dit :

    Ohhh merci L&J pour cet article ciselé à l’Or fin 😉 ! Superbes photos très inspirantes, et un Maine Coon sublime. Bref, une interview qui sent bon l’air pur et qui me donne envie de démarrer mon van et filer je ne sais où, là maintenant ! 🙂

    1. Lucie&Johann -Grainedevagabonds- dit :

      Mais oui, Amandine c’est vrai que tu as un van !!! A quand un retour d’expérience de ta part ??? Surtout de ton coté, on a hâte de voir ça nous….Merci pour ton commentaire, ça fait toujours extrêmement plaisir et sourire de te lire… J’apprécie et prend le compliment que pour moi, qui est fait cette interview qui m’a beaucoup inspirait et plu à faire …Oui ils sont tops les wanderings freelancers, et charlie est magnifique et très drôle, n’hésites pas à les suivre sur instagram

Vous aimez ? N'hésitez pas à nous laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :